Êtes-vous pris en otage dans votre propre relation ?

Dès l’Antiquité, l’homme a cherché des moyens d’améliorer sa puissance au lit, et les femmes ont recherché des potions pour se rendre irrésistibles aux différents objets – masculins ou féminins – de leur affection. Alors que les philtres d’amour peuvent évoquer des images de sorcellerie, d’amour courtois et de jours d’antan, la science moderne continue de produire des données pour soutenir l’idée que certains aliments sont en fait un atout à la fois pour renforcer l’attraction et pour profiter des plaisirs sensuels.

L’histoire des aphrodisiaques (ainsi nommés pour la déesse grecque de l’amour, Aphrodite) comprend des “aliments” assez farfelus et carrément douteux – car franchement, appeler certaines de ces choses “aliments”, c’est vraiment étirer la définition du mot. La cervelle et la langue des moineaux, les scarabées vésiculeux (plus connus sous le nom de “mouche espagnole”), l’ambre gris des baleines, les lézards scinques, le pudding à la rose (fait de pétales de fleurs) et les lys imbibés de vin, le sang de cobra, le balut (un œuf de canard fécondé bouilli avec l’embryon), le fugu (alias, poisson-lune mortel), la bouse d’éléphant, le pénis de tigre et l’urine de babouin ont tous été ingérés ou appliqués sous forme topique pour tenter de stimuler la libido et donner à Cupidon une meilleure visée avec ses flèches.

Dans les temps passés, de nombreux aliments étaient considérés comme aphrodisiaques simplement parce qu’ils étaient rares. Par exemple, lorsque les pommes de terre ont fait leur premier voyage des Amériques vers l’Europe, elles ont été élevées au rang de “patates d’amour” en raison du fait que seule l’élite pouvait en profiter. Mais à mesure que leur disponibilité a augmenté au point qu’elles sont devenues l’aliment préféré de la paysannerie, l’attrait de la pomme de terre comme aphrodisiaque s’est estompé.

Les truffes, elles aussi, ont longtemps été louées comme exhausteurs de romance, mais là encore, leur réputation d’amoré est plus probablement due à la rareté de ce champignon coûteux et insaisissable plutôt qu’à un quelconque effet romantique que les composés chimiques qu’elles contiennent pourraient produire[1].

L’incontournable question des huîtres

Alors, qu’en est-il des huîtres, vous demandez-vous, puisque le mollusque bivalve se trouve généralement en tête de chaque liste des dix meilleurs aphrodisiaques ?

Servies lors des orgies romaines, et approuvées par des gens comme Don Juan et Casanova, certains théorisent que ce véritable Viagra sur demi-coquille ressemble aux organes génitaux féminins, et est donc stimulant pour l’acte amoureux. (Beurk ?) Cependant, il est plus probable que leur puissance réside dans le puissant punch d’acides aminés rares, l’acide D-aspartique (D-Asp) et le N-méthyl-D-aspartate (NMDA) que les huîtres et autres bivalves emballent.

Dans des expériences de laboratoire (avec des rats), des injections de ces substances ont déclenché la production de progestérone chez les femelles et de testostérone chez les mâles. Comme les composants hormonaux font partie intégrante d’une sexualité accrue… eh bien, vous tirez la conclusion.

Menu pour le Cupidon moderne

Mais les bivalves visqueux, quelle que soit leur efficacité romantique, ne sont pas au goût de tout le monde. Heureusement, nous avons rassemblé une liste d’aliments pour l’amour plus appétissants et scientifiquement prouvés que vous pouvez intégrer dans vos plans lorsque la romance est au menu.

Chocolat

Rien de nouveau ici : le cacao est cité comme un aphrodisiaque depuis des siècles, seulement maintenant il y a la science pour confirmer ce que les amateurs de chocolat ont toujours su. Le nom Theobroma cacao, l’arbre dont provient le chocolat, se traduit par “cacao, nourriture des dieux”. Les anciens Mayas utilisaient les fèves comme monnaie d’échange dans les bordels, et la légende du cacao raconte également que l’empereur aztèque Montezuma buvait plus de 50 tasses de chocolat par jour pour conserver l’endurance sexuelle nécessaire pour rassasier ses myriades d’épouses.

Selon les scientifiques, le chocolat contient deux substances chimiques qui favorisent les poursuites passionnées : la phénéthylamine, un stimulant associé à l’acte de tomber amoureux, et le tryptophane, un catalyseur de la production de sérotonine, la substance chimique du cerveau associée à l’élévation de l’humeur et à l’excitation sexuelle. Et avons-nous mentionné que son goût est plus que délicieux ?

Gousse de vanille

Dès les années 1700, la gousse de vanille était vantée par les professionnels de la médecine de l’époque comme un améliorateur de performance masculine. En effet, dans une thèse de 1762, ” Sur les expériences “, le médecin allemand Bezaar Zimmermann cite ” pas moins de 342 hommes impuissants, en buvant des décoctions de vanille, s’étaient changés en amants étonnants d’au moins autant de femmes. “

L’histoire d’amour avec la vanille se poursuit avec le père fondateur Thomas Jefferson. De retour de son poste d’ambassadeur en France en 1789, Jefferson a presque immédiatement envoyé une demande urgente à son attaché français pour obtenir les gousses de vanille auxquelles il s’était habitué (et qui n’étaient pas encore disponibles en Amérique). Jefferson, qui avait une réputation de prouesse sexuelle (entre autres), recommandait la gousse passionnée pour de nombreuses applications, de l’aromatisation de la crème glacée à l’utilisation comme aphrodisiaque.

Au milieu des années 1990, le neurologue Alan Hirsch, de la Smell and Taste Treatment and Research Foundation de Chicago, a mené des tests pour distinguer le lien entre l’odorat et l’excitation sexuelle. Des volontaires ont porté des masques imprégnés d’une variété d’arômes, dont plusieurs se sont avérés efficaces pour augmenter la tumescence. Mais de tous les parfums testés par les hommes mûrs, c’est la vanille qui avait la puissance absolue la plus élevée[2].

Melon d’eau

La pastèque, originaire du continent africain, a été cultivée dans la vallée du Nil dès le deuxième millénaire avant notre ère. Des graines de pastèque ont même été retrouvées dans les tombes de notables égyptiens tels que Toutankhamon.

Il est probable que les anciens pharaons ne savaient pas pourquoi ce fruit rouge et sucré améliorait les performances sexuelles, mais certains scientifiques modernes l’assimilent au “Viagra naturel.” La pastèque contient de grandes quantités de citrulline, un phytonutriment. Lorsqu’elle est digérée, la citrulline est convertie en un acide aminé appelé arginine, qui détend les vaisseaux sanguins et améliore les fonctions cardiovasculaires et immunitaires. (Comme la plus forte concentration de citrulline se trouve en fait dans l’écorce de la pastèque, si vous êtes un aficionado de la cuisine, vous pourriez vouloir tester quelques recettes de cornichons de pastèque.)

Grenade

Lorsqu’Eve a tendu la main vers ce fruit défendu, de nombreux spécialistes soutiennent que ce n’est pas une pomme qui a provoqué le grabuge qui a fait que la paire séminale a été expulsée de l’Eden, mais une grenade. Quoi qu’il en soit, le fruit a certainement circulé. Dans la mythologie grecque, Aphrodite, la mère de tous les aphrodisiaques, est créditée d’avoir planté le premier grenadier, et Perséphone s’est retrouvée liée à Hadès après avoir mangé seulement quelques graines.

Dans une étude menée en 2011 par l’Université Queen Margaret d’Édimbourg, il a été déterminé qu’une dose quotidienne de jus de grenade réduisait les niveaux de cortisol (qui diminue le stress) et augmentait les niveaux de testostérone chez les participants à l’étude, hommes et femmes, ce qui pourrait entraîner une augmentation du désir sexuel chez les deux sexes. Bien qu’il n’y ait pas de données concrètes, les partisans de la grenade postulent également que grâce à ses niveaux élevés d’antioxydants, la consommation du fruit rouge peut également augmenter la sensibilité génitale – mais dans le bon sens.

Piment

En Europe, aussi récemment qu’au 18e siècle, de nombreuses concoctions aphrodisiaques étaient basées sur les recettes du grand médecin romain Galen. Galien avait un penchant pour les potions qui favorisaient les aliments “chauds et humides” et aussi “venteux”, c’est-à-dire provoquant des gaz. Galien a peut-être travaillé sous la croyance erronée que les flatulences pouvaient gonfler un membre masculin mou, mais une partie de sa science a été prouvée depuis lors.

Un ingrédient que Galien a défendu pour la prime de chambre à coucher était l’épice, y compris les piments. Les piments contiennent un produit chimique naturel, la capsaïcine, qui remplit plusieurs fonctions excitantes : augmenter la température du corps, accroître le flux sanguin et stimuler la libération d’endorphines. En plus de ce tiercé, la capsaïcine repulpe naturellement les lèvres et fait rougir la peau, deux éléments qui envoient des signaux subliminaux suggérant que votre pompe est amorcée et prête à l’action.

Quel que soit le plat que vous prévoyez de cuisiner, l’utilisation de ces ingrédients pourrait bien vous préparer à cuisiner un peu autre chose, aussi. Profitez-en.

Laisser un commentaire